Les sessions

Présentation

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Les sessions A font expérimenter, en un temps bref (le temps d’un week-end), les moments structurants d’un parcours de croissance intérieure. Pour pouvoir accueillir la tendresse d’Abba, il faut retrouver son cœur d’enfant et cela est possible en revivant avec Marie, les Mystères Joyeux de l’enfance de Jésus.

Nous accueillons les enfants de 6 à 12 ans, mais une garderie est prévue pour les plus jeunes. Les plus grands (adolescents) peuvent, s'ils le désirent, aider dans les différents ateliers.

Les temps forts d’une session sont :

  • Des ateliers pour les enfants,
  • La Parole de Dieu basée sur les Mystères Joyeux : Luc, chapitres 1 et 2.
  • La Louange et la prière d'intercession,
  • L'Adoration,
  • Et des enseignements pour les parents.

Une session B d'approfondissement est proposée aux familles qui souhaiteraient raviver ce qui a été reçu lors du premier week-end.

Vous pouvez retrouver toutes les dates des prochaines sessions.

La vie des familles est souvent difficile. À travers la Maison d’Abba, les familles sont invitées à faire, en Église, l’expérience de la Bénédiction et de la Miséricorde de notre Père.
Cela leur permet de mieux vivre de la Grâce de leur baptême, ce sacrement dans lequel Dieu vient nous dire :
« Tu es mon enfant bien-aimé » Luc 3,22
A tous, Abba dit : « Ne crains pas, je viens à ton secours » Isaïe 41, 13
                                                     Mgr Boishu

Calendrier

Vous pouvez trouver un descriptif des sessions A et B ici.

La prochaine session (du 31 mai au 2 juin) est complète. Les dates 2019-2020 sont en train d'être définies et seront disponibles très prochainement.

Prochaines sessions A

  • du 19 au 21 octobre 2018,
  • du 23 au 25 novembre 2018,
  • du 4 au 6 janvier 2019,
  • du 22 au 24 février 2019,
  • du 31 mai au 2 juin 2019. (session complète)
  • du 15 au 17 novembre 2019.

Prochaines sessions B

  • du 26 au 28 avril 2019

Les sessions commencent à 20h (accueil à partir de 18h30) le vendredi et se terminent vers 17h le dimanche.

Elles se déroulent au lycée agricole Val de Sarthe, route du Mans, à Sablé sur Sarthe (72300).

Vous pouvez vous pré-inscrire en ligne.

Les saints intercesseurs

A chaque session sont installées dans la Chapelle, une tenture représentant Jésus Enfant de Fra Angélico et au pied de l’Autel, les reproductions des intercesseurs de la Maison d’Abba :

  • Bienheureux Marcel Van
  • Thérèse de l’Enfant Jésus
  • Debora
  • Jeanne-Marie
  • Louis et Zélie Martin, les parents de Thérèse

Debora (1998-2004)

Debora était polyhandicapée, petite dernière d’une famille de cinq enfants.

« Elle était vraiment un rayon de soleil et sa vocation était celle du sourire, dit sa maman. Quand des enfants ou adolescents (souvent ses frères et sœurs), mal dans leur peau, passaient chez nous, il suffisait de déposer Debora dans leurs bras, pour qu’ils soient pacifiés. »

Décédée en février 2004 à l’âge de six ans (âge à partir duquel les enfants sont accueillis à la Maison d’Abba), Debora était continuellement dans la joie malgré la douleur physique ; elle est morte quasi asphyxiée.

« Cette petite fille a été et est encore le point de rencontre de tant de prières, un réceptacle, un vase sacré. Au ciel, elle est notre messagère : car Dieu a un faible pour les plus petits d’entre nous. »

Jeanne-Marie (1993-2004)

Enfant violée et assassinée à l’âge de 11 ans, Jeanne-Marie était toute gagnée à Jésus. Les prières trouvées dans sa cabane de jardin en témoignent:

« Jésus, aide-moi à faire beaucoup de sacrifices, donne-moi la force. Merci Jésus.
Jésus, aide-moi à bien me concentrer à la Messe. Merci Jésus.
Jésus, s’il te plaît, donne-moi la force d’être bonne à l’école, que je prie toujours et que je reste dans la joie. Merci Jésus.
Jésus, je Te remercie parce que Tu m’as donné la force d’être bonne, que Tu nous as donné du beau temps et que Tu as été crucifié pour nous sauver. Merci Jésus. »

Marcel Van (1928-1959)

Dès son enfant, Van est confronté au mystère de la souffrance : séparations d’avec les siens, jalousies provoquées par sa simplicité, persécutions dans sa foi. C’est là le combat spirituel, il ne va pas sans blessures.
La Vierge Marie qu’il aime tant (il dit tous les jours son chapelet) lui donne force et guérisons. Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus lui fait découvrir le vrai visage de Dieu: « Il est le Père tout aimant: Il ne sait qu’aimer et désirer être aimé en retour. »
Le jour de sa profession religieuse, Van annonce à son père spirituel :
« Plus tard, au ciel, je réaliserai chez les enfants ce que j’ai demandé pour eux en particulier. » Le petit Marcel Van écrira cette parole qu’il reçut de Jésus : «J’ai une prédilection pour les enfants.»

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus (1873-1897)

Sa mère entre dans l’éternité, alors que Thérèse n’a pas encore 4 ans. Sa sœur aînée, sa seconde maman, entre au Carmel quand elle a 9 ans ! « Comment pouvais-je dire l’angoisse de mon cœur ? » Gravement malade à l’âge de 13 ans, elle est guérie par la Sainte Vierge, venue lui sourire. C’est le jour de Noël 1886 que Thérèse découvre combien Jésus, à travers sa blessure affective, la rend forte et courageuse. Une expérience de la tendresse d’Abba qu’elle appellera la « Miséricorde ». Elle enfantera aussi l’«entrée au ciel» du criminel Pranzini pour lequel elle a beaucoup prié.

« Je n’ai jamais fait les actions des grands saints, je suis une toute petite âme que le Bon Dieu a comblée de grâces. (...) Seigneur, le ciel est pour l’enfant... rappelle-toi. »

Louis et Zélie Martin

En béatifiant Louis et Zélie Martin le 19 octobre 2008, l’Église nous les donne comme intercesseurs et nous les propose comme modèles :

  • en tant que couple profondément uni et aimant tout au long de 19 ans de mariage,
  • en tant que famille qui a su sanctifier par une Foi vive la vie ordinaire quotidienne. Une grande Sainte a été façonnée à cette école. Concernant l’éducation de Léonie, ses parents ont fait preuve de beaucoup d’amour et de patience.

Les joies simples ont alterné avec les deuils successifs et la maladie n’a pas épargné les Saints époux. Louis, après 19 ans de bonheur conjugal a vécu avec courage la situation de famille monoparentale.
C’est à tous ces titres que Louis et Zélie sont de puissants protecteurs et intercesseurs de la Maison d’Abba.